De l’arbre au jouet ou la naissance de la tournerie

La naissance de la tournerie dans le Jura est communément attribuée aux moines bénédictins de l’Abbaye de Saint Claude . Ils fabriquaient des objets de piété, notamment des chapelets pour les pèlerins.
Pour réaliser ces petits objets tournés ils utilisaient un arbuste très répandu dans la région le buis.

Les paysans de la région se lancent dès le XIVe siècle dans une activité d’appoint en reprenant ce savoir-faire de tourneur pour une production profane. Les chapelets et perles sont remplacés par les sifflets, trompettes, crécelles, toupie, quilles, en un mot par des jouets en bois.

C’est au XVIIIe et XIXe siècle que la région de Moirans va reprendre la tradition san-claudienne avec la production d’articles d’utilité courante comme les poignées d’outils, robinets pour les tonneaux portemanteaux et surtout des jouets, jeux de croquets, bilboquets, jeux de dames…

A partir de 1850, Moirans se spécialise dans la fabrication du ” bibi”, petit sifflet cylindrique en buis tourné à l’extrémité duquel on place un ballon gonflable qui sifflera en se dégonflant. Dès 1865 Moirans s’impose comme la capitale de la Tournerie et du Jouet.

Quelques fabricants de jouets en bois exercent encore leur métier avec passion dans le JURA, dont FOULON Manufacture du bois.

Une visite au Musée du jouet de Moirans s’impose pendant vos prochaines vacances.

www.musée-du-jouet.com





Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *